Archieves

‘FLUIDITE’

 

Du 5 septembre au 12 octobre 2019

Vanities Gallery Espace à Paris


Li XIAOSHI, professeur à la Luxun academy de Shenyang, présente une série d’aquarelles et de peintures où l’artiste continue de se dévoiler sans excès. Après son exposition itinérante en Europe nommée  ‘Transparences’, elle invite le spectateur à se glisser dans son esprit lequel glisse tel l’éther entre rêve, inconscience et réflexion sur la société. Artiste sensible et discrète, elle nous permet d’observer un travail d’une très grande maîtrise où les aplats de couleurs répondent à une structuration très poussée de l’oeuvre.

'VARIATIONS'

Du 17 août au 28 août 2019

 

Originaire de Nanjing, LIU Fang nous propose une exposition photographique reflétant un regard polymorphe sur la Chine.

A travers une image lisse et colorée, le photographe adopte une grande diversité de styles et retranscrit les transformations de son pays. Véritable metteur en scène, il manie finement le costume historique afin de marquer les évolutions du temps. Familles hiératiques aux poses et tenues étudiées, personnages de théâtre et modèles contemporains se répondent entre photographie humaniste et photographie de mode.

Faisant dialoguer influences occidentales, mode contemporaine et traditions chinoises, Liu Fang compose de ce fait une polyphonie visuelle, témoignage d'un pays où les changements rapides et les variétés créatives sont signes de vitalité.

‘LE REVE DU MICROSCOPIQUE’

transparence - fantomatique - nature

du 2 mai au 15 juin 2019

Espace à Paris

 

Dans sa peinture à l'huile à grande échelle, Reiner Heidorn se concentre sur la botanique, mixe entre la nature et le numérique. Reiner est influencé par le pointillisme et la vision microscopique des plantes et ainsi que de l'eau douce aboutissant à un expressionnisme moderne. Ce style est aussi renforcé par une métaphore cellulaire et neuronale ainsi qu'une influence des mangas. Il recherche à s'imaginer mentalement des paysages, sans arbres ni de ciels ni horizons. Émerge ainsi des espaces sans frontières, rappelant à chacun les rêves que nous faisons. Reiner insiste pour être le moins visible dans son travail, son propre ego n'apparaît dans aucune de ses toiles, il s'efface, les oeuvres doivent pouvoir se suffire à elle-même. Enfin son travail est empli d'une conscience écologique, comme ces âmes qui transparaissent dans les toiles, ne sont t’elles pas Gaïa qui nous invite à prendre soin de la planète? Le changement climatique est une question qui nous concerne tous. Nous devons éviter que ce rêve de la nature, dans laquelle nous vivons, ne devienne un cauchemar pour les générations suivantes. www.reinerheidorn.com

'Folie pétrolière’

enchevêtrement - perspectives - désir

Du 4 avril au 30 avril 2019

Espace à Paris

 

Maxence Doré, artiste peintre, nous présente sa nouvelle série nommée “Folie pétrolière” dans un esprit d’abstraction géométrique où certains y verront des planétoïdes ou des entrelacs, l’artiste explore plusieurs perspectives. L’une d’un point de vue picturale, proposant des premiers, seconds voir troisièmes plans qui s'entremêlent faisant ainsi échos à une perspective intellectuelle : l’importance de prendre du recul sur le phénomène des marées noires et autre déversements intempenpestifs de pétrol dans la nature. Les couleurs, souvent irréelles de ces nappes de chaînes d’atomes carbonées complexes sont à mettre en balance avec leur dangerosité extrême pour nous tous. C’est beau mais si effrayant...A partir de cette notion apparaît un troisième niveau de lecture qui est le désir de posséder, d’acquérir toujours plus au détriment de l’autre et de la nature. La peinture de Maxence Doré autant esthétique que technique est donc aussi un cri contre le ‘toujours plus’, contre cette souffrance de la nature dans un silence ignoré de tous.

'MERVEILLEUX & INCROYABLES’

Esthétisme - Exubérance - raffinement

Du 14 mars au 30 mars 2019

Espace à Paris

 

Massimiliano Mocchia di Coggiola, illustrateur & styliste propose une exposition sur le thème du dandysme parisien. Influencé par les personnages aussi esthètes que excentriques comme Luisa Casati, Oscar Wilde ou le Beau Brummell, il présente une galerie de portraits dont les traits sont emplis de références et de détails biographiques. Portraitiste habile, il nous présente une galerie de figures qui se veut subversive, cultivée où l’élégance n’est pas un vain mot. S’attachant à dépeindre ses modèles dans la crudité de leur extravagance et de leur impertinence, son travail se veut particulièrement moderne.  Le Paris flamboyant existe toujours pour ceux qui savent le voir, avec cette esprit d’analyse qui lui sied Massimiliano Mocchia di Coggiola nous le dépeint avec plaisir et sans retenue.

 

'TRANSPARENCES’

Soi – Intime – Inconscience

Du 22 mars 2019 au 4 avril 2019

Châlet d’Ouchy – Suisse-Lausanne

 

Après une présentation de son travail à Paris Li XIAOSHI, professeur à la Luxun academy de Shenyang, présente une série d’aquarelles et de peintures à Lausanne L’artiste se dévoile sans excès, où le spectateur peut ressentir son être sans violence ni voyeurisme. Femme artiste sensible et discrète, elle nous offre la possibilité d’entrevoir un travail où la sensibilité est lisible autant dans les aplats de couleurs que dans l’ordonnancement de l’œuvre. Les références sont multiples, par ici une touche de Fernand Léger, par là un hommage à Kandinsky, de-ci de-là une touche de surréalisme. Les œuvres de Li XIAOSHI sont douces et rassurantes, elles sont accessibles aussi bien aux férus d’art qu’au quidam. Ensemble poétique et onirique, son œuvre se veut avant tout une fenêtre vers l’esprit de l’artiste et de son univers intérieur. Transparence de l’artiste face à son œuvre, transparence de son être au devant de l’autre.

'TRANSPARENCES’

Soi – Intime – Inconscience

Du 10 janvier 2019 au 5 mars 2019

Espace à Paris

 

Li XIAOSHI, professeur à la Luxun academy de Shenyang, présente une série d’aquarelles et de peintures où l’artiste se dévoile sans excès, où le spectateur peut ressentir son être sans violence ni voyeurisme. Femme artiste sensible et discrète, elle nous offre la possibilité d’entrevoir un travail où la sensibilité est lisible autant dans les aplats de couleurs que dans l’ordonnancement de l’œuvre. Les références sont multiples, par ici une touche de Fernand Léger, par là un hommage à Kandinsky, de-ci de-là une touche de surréalisme. Les œuvres de Li XIAOSHI sont douces et rassurantes, elles sont accessibles aussi bien aux férus d’art qu’au quidam. Ensemble poétique et onirique, son œuvre se veut avant tout une fenêtre vers l’esprit de l’artiste et de son univers intérieur. Transparence de l’artiste face à son œuvre, transparence de son être au devant de l’autre

'TEMPS SUSPENDU’

Mouvement – arrêt

Du 29 novembre 2018 au 3 janvier 2019

Espace à Paris

Julien BENHAMOU, photographe portraitiste reconnu pour savoir révéler l’intensité de l’être humain grâce à un jeu subtil de clairs obscurs propose une série de portraits de danseurs ‘volés’ au moment de leur effort empli de techniques et d’élégance. Muscle, regard, équilibre, tension, ce sont les axes qu’il met en exergue. Travail éthéré et puissant, ces photographies montrent la puissance et la technicité du corps humain. Dans un esprit d’équilibre dynamique, Julien BENHAMOU nous invite à admirer l’être dans sa globalité. La recherche de l’absolue à travers le corps, la quête du mouvement parfait immortalisé par la photographie sont autant des métaphores de la recherche de l’absolu de l’Homme qu’une ode au temps qui passe et nous dépasse. Travail éminemment poétique, Julien Benhamou dépasse la photographie documentaire pour insuffler une vision artistique et très intimiste.

 

Silvère JARROSSON a rencontré Julien Benhamou lorsqu’il était danseur à l’Opéra de Paris. Reconverti dans la peinture abstraite suite à une grave blessure, ses recherches actuelles s’attachent à intégrer et utiliser le rythme dans la gestuelle du peintre, afin d’en faire un danseur à part entière. Il a recours à de puissantes projections de peinture pour superposer et entremêler différentes couches de peinture liquide. Si le tempo n’est pas nécessairement visible dans l’espace intemporel de ses toiles, les formes engendrées par ses mouvements sont les manifestations fossiles d'une mécanique des fluides qui varie en fonction du rythme qu’on lui impose. Son travail n’existe que dans l’instant, tout en s’installant, immuable ou changeante, dans une durée proche de l’éternel.

'ACIDULE’

Entre esthétisme et critique

Du 18 octobre au 25 novembre 2018

Espace à Paris

 

Lu Wenjing, diplômée de l’Académie des Beaux-Arts de Lu Xun Gallery présentera un ensemble de peintures et sculptures spécialement conçu après son premier voyage en France l’année passée. Réalisant que les différences civilisationnelles sont encore très marquées entre le Chine et l’Europe, Lu Wenjing propose une approche plus glamour et en même temps critique de la société contemporaine européenne. Entre la surconsommation et la question de ses origines, Lu Wenjing questionne la notion de l’esthétisme acidulé Européen.

 

 

 

'TERRES RARES’

Exposition collective inaugurale à Zinitown

Du 22 septembre au 22 décembre 2018

 

Vanities Gallery est heureuse d’investir le nouveau quartier de Zinitang à Guangzhou en Chine et propose comme exposition inaugurale : une exposition collective sur le thème des ‘Terres rares’. regroupant les artistes Peng Pi, Silvère Jarrosson, Lu Wenji, Yon Costes et Hugo Cesto qui dialoguent sur la notion de traces, de gestuelles et des introspections. Cette discussion est aussi un échange entre les artistes chinois et les artistes européens, c’est la variation des cultures et de l’humain sur un thème personnel et universel : rareté de l’individu, individualité du ressenti, mais également universalité du message. Force des couleurs et maîtrise du geste sont les mots-clefs de cette exposition.

 

 

 

 

'ABSTRACTION LYRIQUE DE JINGQIAO WANG'

Du 25 août au 31 août 2018

 

Jingqiao WANG nous propose une exposition qui pourrait s'inscrire dans l’Abstraction lyrique. En effet la puissance de son geste est visible dans le tracé, le jeté de sa peinture. Jeune femme intellectuelle et qui conscientise autant sa vie que la société dans laquelle elle vit, elle nous propose une lecture de son ressenti à travers la puissance de son esprit qui rejaillit dans sa peinture. Certains considèrent son travail comme étant dur, voir agressif, nous y détectons plutôt de la conviction, de la volonté et l’envie de se dépasser, de sortir du cadre, et rejeter l'inacceptable. Une oeuvre qui se veut audacieuse, qui rappelle que l’artiste est un sonneur d’alerte autant sur des thèmes de sociétés que les sujets les plus intimes et moraux.

 

 

 

 

'LIGNES DE VIES'

Lignes, contre courbes, entrelacs

Du 10 mai au 15 juin 2018

 

Yon COSTES, Peintre-performer présentera une série de dessins et d’encres. Il transcrit le mouvement à travers la mine de plomb sur papiers de murier. Affectionnant le Japon et la danse contemporaine, Yon Costes est un artiste transversal. Pont entre la zen attitude asiatique et le lâché prise européen, il extrait de ces références des œuvres fortes emplies de sérénité. Dans cette exposition, il continue à explorer le travail qu’il a commencé lors de l’exposition ‘Frontières Croisées‘ à Monaco en 2015 usant de la ligne comme d’un vecteur de transmission. La ligne se veut mouvante, éthérée, symbole de mémoire et trace de l’humanité.

 

Plus d’information sur : https://yon.book.fr


 

Maxence DORE, Diplôme de l’école d’architecture et du paysage, propose au visiteur de découvrir sa série de peintures où l’entrelac est maître. Mixant le dessin analytique et la pratique du graff, Maxence Doré affirme une esthétique aboutie, fine et colorée. Telle des cartes topographiques, voir géologiques, nous lisons en ces huiles sur bois des réseaux  hydrographiques, des cumulonimbus qui s’entremêlent et même des failles qui s’entrechoquent. Véritable travail où la cosmologie est définie par une accumulation de lignes qui évoque le trou noir, l’horizon, l’asymptote de la vie.

 

Plus d’informations sur : https://www.maxencedore.com/maxencedore

 

 

‘RESPIRATION’

Respiration de l’être, respiration de l’âme, expiration

Du 15 mars AU 6 mai 2018

 

Yutong ZHANG, artiste Chinoise travaillant à Beijing, elle présente un travail d’estampes où l’accumulation des lignes fait surgir la figuration. Entre sécantes et accumulations, Yutong ZHANG joue volontairement entre le vide et le plein pour que surgissent des âmes, des sentiments, des esprits. La force de son travail est accentuée par une recherche chromatique épurée dans chaque oeuvre comme le rouge sang, le noir encre de Chine, ou le gris coloré.   Evocation figurative à partir de lignes, Yuton Zhang nous invite à explorer le tréfonds de chacun à travers des oeuvres dont la puissance évocatrice est manifeste.

 

Hélène BARRIER, Artiste textile et performeuse présente des dessins et des sculptures. Son travail à la mine de plomb est une accumulation de formes simples formant des unités complexes. Tels des siphonophores qui se déplacent dans un espace temps éthéré, nous sommes face à des évocations d’être qui nous questionnent. Respirent-ils? sont-ils des songes? sont-ils des monstres? Sont-ils oniriques? Quant à son travail sculptural, Hélène Barrier propose une lecture de la Respiration à travers un ensemble de mobiliers d’exception brodés à la main. Symboles de repos par excellence, ces objets usuels comme le matelas ou le fauteuil, anoblis par l’artiste, deviennent oeuvres par son intervention et invitent le visiteur à considérer l’art dans tout objet. Cependant sa réflexion va également plus loin, puisque nous découvrons dans ce travail une recherche sur la notion du mythe, du conte, et de l’Expiration.

 

‘A LA REDÉCOUVERTE DU SURRÉALISME’

COLLECTION JEAN MADELIN (1920-2010)

Du 15 février au 10 mars 2018

Jean MADELIN a exercé la profession d’illustrateur-graphiste entre 1940 et 1990, période où l’ordinateur n’était pas encore l’outil indispensable de ce métier. Il a su créer un univers surréaliste en utilisant simplement pinceaux et mines de plomb.

Nous vous proposons de découvrir sa production personnelle, toute en audace et subtilités. S’inspirant aussi bien de l’histoire de l’art que de la psyché humaine, Jean Madelin traite avec humour des thèmes parfois graves ou oppressants. Ses techniques variées et ses riches références artistiques en font un maillon de l’art moderne qui mérite une meilleure reconnaissance.

 

‘DE NATURA’

Du 11 janvier au 31 janvier 2018

Peng PI, diplômée des Beaux-Arts de Guangzhou en chine présentera un ensemble de peintures et sculptures où se dévoilent une recherche sur la nature et la couleur. Ces sculptures en bronze semblent être des racines surgissant du bêton. Comme une métaphore de la nature face au Brutalisme, une nature curviligne qui trouve constamment son chemin à travers la rigueur et la froideur de notre architecture. Peng Pi présente aussi une série de de Rondos monochromes aux pigments vifs où le trait du pinceau est visible. Bien que ce soit par définition une composition abstraite, l’ensemble forme une gamme chromatique esthétique et évocatrice aussi bien du mouvement que de la diffraction de la lumière et même de la course d’un astre.

 

Silvère Jarrosson, Strates, stylolithes, ripples marks, synclinaux, buttes témoins, en observant le travail de Silvère Jarrosson, c’est un vocabulaire de géologue qui surgit, car tels les pionniers de la géologie qui compilaient trigonométrie, analyse du terrain, étudiaient des faciès de coupe, il décrit, peint patiemment la terre tel un jardin de mille couleurs. Nous pouvons y ressentir la Mongolie avec le fameux désert de Gobi, mais aussi les couleurs vives de l’Amazonie ou les méandres des fleuves limoneux. Des régions du monde qui l’ont bercé durant ses voyages audacieux. Une âme sensible remarquera aussi le mouvement figé de ces peintures que nous pourrions rapprocher à un équilibre dynamique, est-ce un écho de son passé danseur, en partie mais pas seulement, car Silvère Jarrosson voit plus loin et c’est aussi une évocation du mouvement perpétuelle mais imperceptible de la terre, de la vie.

‘ETRE SOI’

EXPOSITION INAUGURALE DE VANITIES GALLERY

Du 6 décembre au 30 décembre 2017

 

Emma Vidal, diplômée de la Central Saint Martins College of Art and Design de Londres développe un art où se mêlent les thèmes de l’introspection, du rêve et des chimères. S’inspirant  autant des Arts Premiers que du dessin Romantique à la mine de plomb, Emma Vidal proposera aux visiteurs un ensemble de sculptures et dessins développant sa recherche artistique dont l’axe principal est la spiritualité de l’être humain.

 

Lu Wenjing, diplômée des Beaux-Arts de Lunxun en chine présentera un ensemble de peintures et sculptures où se dévoilent une partie de la nature humaine : violente, étrange et dérangeante. Usant de couleurs denses et d’un geste vif, Lu Wenjing, nous donne à voir la partie la plus sombre de l’âme humaine, celle que nous ne nous nous refusons de voir et qui pourtant explique bien souvent nos comportements irraisonnés